Le sucre, la drogue tolérée – comment s’en sortir?

Le sucre, la drogue tolérée – comment s’en sortir?

Le sucre, la drogue tolérée – comment s’en sortir?

Le sucre dans toutes ses formes ( y compris sirop d’agave, fruits séchés, jus de fruits, sucre de coco, miel et ses autres variantes « healthy » ) est l’une des plus grandes addictions de notre société. 

C’une substance dont notre corps n’a pas besoin. À part d’une livraison rapide de l’énergie, il n’y a aucun intérêt nutritionnel. Le sucre n’aide pas à réparer les cellules ni notre ADN, il n’est pas utilisé pour la production hormonale, il ne forme aucun autre tissu que la graisse de « stockage ». 

Cela ne veut pas dire que tout le monde devrait suivre un régime cétogène sans aucun féculent. Mais les sucres rapides consommés en quantités astronomiques dans les pays occidentaux sont une des raisons principales des maladies chroniques physiques et psychiatriques.

En sur-stimulant les voies de plaisir dans notre cerveau le sucre provoque une sensation d’un faux besoin – même principe que les toutes les autres substances additives.

Si vous êtes quelqu’un qui a « besoin » de son petit plaisir, de son réconfort en forme sucrée; si vous pouvez avoir un comportement compulsif envers les aliments sucrés; si vous ne pouvez pas vous imaginer de passer plusieurs semaines sans vos desserts préférez – vous avez une addiction.

L’argument que j’entends régulièrement est l’idée que contrairement aux autres addictions, comme tabac ou alcool ou les substances illégales dans lesquels on mélange tout du cannabis à l’héroïne, le sucre n’est pas aussi nocif pour la santé. Cet argument me fait penser à la fameuse citation de Paracelse : « Tout est poison et rien n’est sans poison, la dose seule fait que quelque chose n’est pas un poison ». Ainsi, c’est la dose qui fait que la plante de cannabis perde ses propriétés médicinales incroyables; c’est la dose qui transforme l’ergot d’une plante thérapeutique et psychédélique bénéfique en drogue destructrice de LSD; c’est la dose qui transforme le potentiel utile en nuisance.

Pour le sucre, ce seuil est beaucoup plus bas que ce que l’on consomme. L’OMS préconise 25g de sucre par jour. C’est la dose contenue dans 2 grandes pommes. Ou dans une orange et un kiwi. Ou dans une banane pas trop mûre ni trop grande.

A part le diabète et le surpoids, le sucre, entre autre, : 

😡 nous rend plus irrités, nerveux et anxieux dans la journée

😴 perturbe le sommeil dans la nuit

🤢 crée une inflammation du système digestif et fait proliférer les champignons et les bactéries nocifs

🙄 perturbe les hormones sexuels (p.e. baisse la testostérone chez l’homme et l’augmente chez la femme)

👨‍🎓perturbe notre concentration et capacité d’apprentissage

Etc etc etc

Alors quoi faire?

Voici mes techniques quotidiennes après une surconsommation de sucre (p.e. suite à un week end avec la famille, les fêtes etc)

🧘‍♀️ Gestion de stress = diminution de l’inflammation. J’augmente mon temps quotidien des techniques que j’utilise : méditation, techniques respiratoires comme le tummo, la respiration alternée ou la cohérence cardiaque

🛏 Bonne nuit de sommeil = meilleure production des hormones de satiété (la leptine), plus d’équilibre des hormones de stress et donc moins de compulsion et plus de volonté. Je veille à porter les lunettes bloquantes toutes lumières bleu (lunette rouges) le soir, je me couche à l’heure et je veille à une bonne routine matinale.

🍳 Manger des bonnes graisses et protéines à chaque repas aide à maintenir un taux de sucre stable dans le sang et limite ainsi aussi les compulsion et la nervosité qui résulte en besoin de réconfort. Je vise à ce que les féculents ne font pas plus qu’un tiers de mon repas.

🍽 Le jeûne intermittent est l’une des meilleures façons de stabiliser le taux de sucre dans le sang et de prévenir les envies sucrées. Le mieux est de se passer du dîner – mais cette option est difficile pour ceux d’entre nous pour qui le repas du soir et le repas le plus social de la journée. Alors jeûner le matin vous rendra plus énergique et vous évitera la fatigue du milieu de la matinée ainsi que la lourdeur en début de l’après-midi. Le jeûne est à écarter de vos techniques si vous avez un déséquilibre important (consultez votre médecin) ou si vous êtes enceinte 🙂

🏋️‍♀️ Faire du sport, à part ses bénéfices cardio-vasculaires, aidera à équilibrer les hormones perturbées par le sucre et diminuera ainsi envie d’en manger. Peu importe ce que vous choisissez comme exercice, même 5 minutes d’un niveau qui vous fait transpirer un peu fera l’affaire.

💊 Corrigez les carences. Quand nous n’avons pas assez d’une vitamine ou d’un éléments essentiel, notre équilibre est perturbé et nos processus physiques et émotionnels fonctionneront moins bien. Cela peut créer des envies irrésistibles, p.e. vers le sucré. Un reflex de survie mal placé dans ce contexte. Notamment si vous continuer à avoir des envies compulsives malgré la mise en place des techniques mentionnés – il est temps de checker votre statut micro-nutritionnel.

🚪Et surtout, évitez d’en avoir dans vos placards! Si c’est là, à un moment de fatigue ou d’ennui vous allez le manger, ce biscuit, et vous allez le tartiner avec ce qu’il y a dans ce pot derrière votre muesli Et puis, vous allez en manger d’autres. Cela n’a rien à voir avec le manque de volonté ou de motivation – c’est hormonal. Fatigue ou détresse envoie un signal de besoin d’énergie rapidement disponible.

Et vous, quelles techniques mettez vous en place pour vous libérer du sucre? Dites le moi dans les commentaires sur instagram!